Matériel rando-photo


Aujourd’hui on va parler du matériel photo que j'utilise en rando. Il s'agit de mes choix et des compromis que j’ai fait. J'espère qu'ils pourront vous donner quelques idées ou pistes de réflexion pour votre propre matériel.


Chapitre 1 : les errances


Quand j’ai voulu ré-investir dans mon matériel photo, j’ai fait pas mal de recherche sur les différents types d’appareil photo, les tailles de capteur, la manière de porter tout ça (sacoches, sacs à dos rando-photo...), etc. etc. L’idée c’était de ne pas me planter... et je me suis plantée ^^


J’ai fait un mic-mac entre ce qu’il y avait de mieux, ce qu’il fallait faire et ce qui me convenait le mieux (au lieu de faire uniquement le dernier).


Du coup j’ai investi :

  • dans un Full Frame (parce que tous les photographes de paysages utilisent un FF, c’est ce qu’il faut faire et ce qu’il y a de mieux niveau qualité)

  • avec un méga objectif pour en avoir qu’un seul (là c’était une bonne idée parce que je déteste changer d’objectif, je photographie vite)

  • une grosse sacoche pour porter tout ça sans perdre une épaule (1,7kg le bébé et je ne voulais pas de sac à dos photo-rando pour la même raison que pour l'objectif)

  • et un trépied trop grand et trop lourd (là vous devriez avoir repéré le principal problème de mon arsenal).

  • une plaque Peak Design à mettre sur la bretelle du sac à dos pour le transport (ce truc c’est ma vie) et le Dual Plate qui va sous l'appareil photo (pour pouvoir l’utiliser aussi bien en Arca Swiss qu’en RC2 (système de fixation objectif-trépied)


Je me suis donc retrouvée avec du matériel trop lourd (je me suis dit que j’allais être une femme forte... mais non), trop long à mettre en œuvre et avec un format qui ne me convenait pas tout à fait.


Car oui avec tout ça, je me suis rendue compte que j’avais toujours photographié en 4/3 et que je n’aimais que ce format-là (on apprend toujours de ses erreurs, n’est-ce pas ?). J’avais aussi l’habitude de porter mon appareil photo en bandoulière par-dessus mon sac de rando et ça m’allais très bien (merci maman pour l’emprunt très régulier de ton appareil photo 😊).


Bref, il fallait que ce soit pas trop lourd (pour le port du bidule), en micro 4/3 et hors d’une sacoche. On progresse, non ?


Le premier matos


Il a fallu donc que je m’assoie sur cette idée que je m’étais rentrée dans la tête que quand tu fais de la photo de paysage, il te faut un Full Frame (comment veux-tu imprimer tes images en grand format sinon ? Dans ce type de photographie, vous lirez la plupart du temps que le FF c’est la vie, sinon la qualité d’impression en grande taille n’est pas ouf et du coup tu auras probablement raté ta vie, et qu’un paysage ça se photographie en 3/2 ou 16/9. Le reste c’est pas assez “dynamique”, y a trop de ciel ou je ne sais quoi encore. Et puis de toute façon je ne fais pas vraiment de la photo de paysage. Je me sers de celui-ci pour raconter des histoires, c'est pas la même approche. Du coup, j'avais tout faux). Bref.


J’ai donc revendu mon Nikon D-610 avec l’objectif Nikon Nikkor AF-S 24-120 f/4G ED VR (combinaison absolument merveilleuse d’ailleurs, ça fait des photos de dingue (exemples ici), mon gros trépied Manfrotto 190B avec rotule 3D, ma sacoche LowePro (hyper fonctionnelle). [Rien à redire sur la qualité de ces articles d’ailleurs. C’est juste qu’acheter un tailleur Chanel en taille XS alors que tu fais du XL, ça marche pas même si c’est un Chanel].



Nikon D610 et Olympus OM-D E-M1

La transition



Chapitre 2 : le Saint-Graal


Après toutes ses errances, essais-erreurs et réflexions, j’ai donc racheté :


Le tout acheté à prix doux sur le Bon Coin. D'ailleurs, si vous voulez acheter à tarif raisonnable je vous conseille le marché de l'occasion. Le Bon Coin si vous avez l'œil, Back Market ou MPB pour acheter chez un revendeur qui aura vérifié le matériel (j'avais acheté mon matériel Nikon sur Back Market d'ailleurs. Rien à redire, c'était nickel).


Mon choix s’est porté sur cette combinaison pour le poids, la qualité du matériel, le format du capteur et le prix (je suis pas encore riche, j’y travaille). Je voulais garder un objectif à ouverture constante car j’avais vu la différence de qualité comparé à ce que j’avais pu avoir avant (là, la différence était vraiment drastique). J’ai fini par bien comprendre que tout était dans le choix de l’objectif ou presque et dans ce qui me convenait. Et bien sûr, il faut le préciser, dans la maîtrise de mon appareil photo (merci à Laurent Breillat pour la formation “de base” qui m’a bien aidé).



Le nouveau matos [cliquez sur les images pour les voir en entier]


Voici donc la liste du matériel que j’utilise, avec le poids, le prix auquel je l'ai acheté et un lien vers le fabriquant si possible.

Nom

Poids

Prix auquel je l'ai eu

Liens

​Olympus OM-D E-M1 Mark I (sur Le Bon Coin)

entre 443 et 497g (suivant si il y a la batterie, carte mémoire...)

345€ (vendu aussi avec un grip HLD-7 et un flash FL-LM2)

Fiche technique et Lien (plus visible sur le site d’Olympus)

Objectif M. Zuiko-Olympus 12-40mm f/2.8 pro (sur Le Bon Coin)

450g

450€

Trépied Sirui T-024SK-EU

800g

140€

Peak Design Capture Clip V3

70g

46,38€

Dual Plate pour aller avec le Capture

23g

23,17€

Lien


Et pour aller avec tout ça, j'ai investi dans deux petits accessoires qui me sauvent la vie quand il pleut :

  • un bonnet de bain (c'est pas une blague) : 2,5€ chez Carrefour (quand il y a une petite bruine et que je n’ai pas envie de sortir ma housse de pluie pour appareil photo, ça marche carrément bien)

  • ma housse de pluie Peak Design pour quand il pleut des torrents : 37,10€


Plus fort que la pluie

 

Conclusion


J’espère que ce petit récit sur mes errances et ma solution à cette période de ma vie vous aidera dans votre propre réflexion. Car oui, je ne veux pas vous donner de recette toute prête. Il s’agit de vos choix avec vos critères (peut-être que vous adorez le format 4/5, l’argentique, le format carré, la chambre ou les méga téléobjectifs). Tout dépend de votre photographie, de votre pratique, de vous.


Le conseil que je me serais donné si c’était à refaire serait le suivant : essaye de ne pas trop te faire influencer. Avant de lire tous les articles disponibles sur le web (quittez cet article immédiatement d’ailleurs), faites une liste de vos besoins (poids, format d’image, numérique/analogique, 1 ou 2 cartes SD, tropicalisation, budget, de couleur jaune...) et de vos critères non négociables (pour moi, poids, format 4/3 et rapidité de mise en œuvre). Imaginez l’appareil photo de vos rêves avant même de vous demander s’il existe. Rêvez l’impossible, ça pourrait arriver. Et qui sait ? Vous avez peut-être déjà l’appareil parfait dans votre poche, votre placard ou celui de votre grand-mère.


Si vous avez des questions, des commentaires ou votre histoire matériel photo à partager, n’hésitez pas à en parler ci-dessous.


 

Quelques articles si vous voulez vous faire influencer 😉 :

0 commentaire